1

Entrer dans un texte par une image

 

Quelques pistes pédagogiques pour entrer dans un texte par une image

(Les réflexions méthodologiques ci-dessous sont tirées du travail de Gabriela Radermacher-De Ridder et adaptées pour des séances de catéchèse)

Contrairement à un texte, l’image possède un effet immédiat auquel les animatrices/teurs devraient être attentifs. La description ou l’analyse d’une image peut s’intégrer dans le déroulement d’une animation et contribuer à l’approfondissement du sujet abordé. Le fait de regarder, s’émouvoir, découvrir, s’interroger, confronter, approfondir, comprendre et s’approprier des « œuvres d’art » (peinture, sculpture, etc.) permet de développer d’autres compétences transversales chez les enfants telles que : être curieux, poser des questions, chercher et traiter une information d’ordre générale, biblique ou autres.

Travail préparatoire de l’animatrice/teur

Avant d’introduire une image pendant une séance de catéchèse l’animatrice/teur devrait en amont fournir un travail personnel au niveau du choix de l’image, de l’analyse et de l’interprétation de celle-ci. Les questions suivantes peuvent être utiles pour ce travail de préparation :

  • Est-ce que l’image correspond au texte biblique abordé pendant la séance ?
  • Faut-il disposer d’un minimum de connaissances pour comprendre le contenu de l’image ? Si oui est-ce que les enfants possèdent déjà ces connaissances ?
  • L’image correspond-elle à l’âge des enfants ?
  • Quelles sont mes impressions en regardant cette image ?
  • Quel est le message essentiel de cette image ?
  • Est-ce que le monde des enfants y apparaît ?
  • Est-ce que l’image offre des possibilités d’identification pour les enfants ?

La place de l’image dans le déroulement de la séance

Les images peuvent être utilisées à différents moments d’une animation catéchétique :

  • Comme accroche ou activité brise-glace, le travail sur l’image constitue une première prise de contact avec le sujet qui sera abordé.
  • Comme dernière phase d’approfondissement pour résumer les éléments abordés à partir d’un support différent.
  • Comme élément central d’une animation.
  • Pour donner un nouvel élan à une animation limitée à une étude de texte biblique.

Grille de lecture (modèle de base pour les 6-12 ans)

(Choisir les questions selon les âges ; avant de l’exploiter avec les enfants, l’animatrice/teur devrait avoir répondu aux questions posées).

Pour permettre aux animatrices/teurs de se plonger par exemple dans le texte de Marc 10.13-16, nous proposons l’image ci-dessous. Pendant qu’ils répondent aux questions adressées aux enfants, ils pourraient en faire ressortir d’autres richesses qu’ils déploieraient autrement dans la construction d’une séance.

1. Approche spontanée : Première prise de contact avec l’image ; découverte personnelle

Après une phase silencieuse les enfants s’expriment spontanément sans entamer de discussions ni de jugement de valeur.

2. Perception de l’image

  • L’objectif de cette phase est d’observer attentivement l’image, de la découvrir avec les effets qu’elle produit et d’entrer en dialogue avec elle.
  • La démarche : après un temps d’observation les enfants décrivent ce qu’ils voient sans interpréter l’image.
  • Questions suggérées : Que se passe-t-il sur l’image ? Qu’est-ce que tu vois ? Qu’est-ce que tu reconnais ? Qu’est-ce qui te frappe ?

3. Analyse formelle de l’image

L’objectif de cette étape est de passer de la perception subjective à l’analyse objective. Le regard devient analytique et il s’agit de comprendre l’image.

Les éléments de l’analyse sont par exemple :

  • Les personnages : quelles sont leurs positions, attitudes, mouvements, gestes, expressions faciales, émotions ?
  • Qu’est-ce qui figure au centre, à l’avant-plan, à l’arrière-plan ?
  • Le paysage : est-il statique, en mouvement ? Quelle est l’ambiance ?
  • Les couleurs : quelles sont les couleurs employées ? Quelles sont celles qui n’y figurent pas ? Existe-il un contraste entre le clair et l’obscur ?
  • Chercher un titre pour l’image

Etablir un rapport avec un ou deux autres textes bibliques afin d’effectuer une comparaison

4. Identification avec l’image

L’objectif est de créer une relation entre l’image, le texte biblique sous-jacent et le monde des enfants. Ces derniers se découvrent dans l’image et dans des parties de l’image. Ils participent en quelque sorte à l’image et celle-ci devient un support qui leur permettent d’interpréter, de poser des questions et d’avancer dans la vie.

Les enfants peuvent répondre aux questions suivantes :

  • Quelle est la réaction que cette image provoque chez moi ?
  • Quelle est ma place dans cette image ?
  • A quel endroit puis-je me situer dans cette image ?
  • Quel est l’endroit que je n’aime pas dans cette image ?
  • Si les personnages pouvaient s’exprimer, que diraient-ils ?

5. Prolongements

L’objectif de cette phase est de poser la question d’un sens pour aujourd’hui.

Les enfants peuvent répondre aux questions suivantes :

  • Quelle signification cette image a-t-elle aujourd’hui ?
  • Peut-on y découvrir un message ? Si oui lequel ?
  • Est-ce que cette image parle encore aux êtres humains aujourd’hui ? Si oui comment ?
  • Dessiner une suite à l’image, la compléter voire même enlever une partie en expliquant pourquoi.
  • Entrez dans la peau des personnages représentés ; imaginez leur discussion.

Que va-t-il se produire après la scène que représente l’image ? Que s’est-il passé avant ?

Différentes formes d’appropriation par l’image

1. À partir de 6 ans

  • Comparaison d’images : Deux ou plusieurs images traitant d’un même sujet sont examinés et comparés. Il s’agit de trouver les similitudes et les différences.
  • Puzzle : Une image est découpée. Les enfants assemblent les différentes pièces.
  • Variante : le puzzle n’est pas complet les enfants doivent inventer les parties manquantes.

2. À partir de 8 ans

Association d’idées en forme de soleil

  • L’image est découpée et collée au milieu d’une feuille blanche. Les enfants associent les idées qui surgissent en eux par rapport à l’image et les notent par écrit.
  • Ils tracent des lignes en forme de rayon de soleil sur lesquels ils notent brièvement leurs associations d’idées.
  • Si le groupe est nombreux, il est indiqué de composer des petits groupes de 5 à 6 élèves qui réalisent leur soleil. Les différents soleils sont comparés à la fin de l’activité.

3. À partir de 10 ans

  • Dialogue d’image : les enfants inventent les dialogues prononcés par les personnages représentés. Ils peuvent jouer la scène et prononcer les paroles.
  • Variante : sur une feuille de travail, inscrire les dialogues dans des bulles prévues à cet effet.
  • Chercher un titre : les enfants cherchent un ou plusieurs titres pour l’image présentée. Dans une discussion, ils expliquent leur choix.

4. À partir de 12 ans

L’image retravaillée : par collage ou dessin les enfants ajoutent des éléments à l’image. Ainsi le contenu même de l’image change. Les enfants expliquent leur choix et peuvent discuter entre eux à ce sujet.

Crédit : Gabriela Radermacher-De Ridder ; Christel Zogning Meli (EPUB) – Point KT – Illustrations : Pixabay & iStock by Getty Images.