1

Le Doudou

Dans la vie d’un enfant il y a papa, maman, grand frère ou grande sœur parfois, papi et mamie, des gens « tout doux » qui écoutent, consolent, rassurent, caressent, aiment…Et puis il y a le « doudou », cet objet qui permet de se sentir en sécurité et pas seul, qui permet de parler de soi et des autres, qui ouvre l’enfant à l’amitié. Que c’est doux  un doudou !

Une animation à partir d’une histoire de « Tu diras à tes enfants« , page 24 le doudou

Une histoire similaire :  Le petit cher

Durée : 1 heure

Matériel

–  Préparer un coin « tout doux » qui donne envie de s’y réfugier, avec des coussins, couvertures douces, tapis, images tendres, lumières douces, fourrures…
–  Beaucoup de peluches de toutes sortes, couleurs, tailles, de préférence utilisées, qui ont un vécu ! Dans les paroisses on trouve facilement des personnes qui sont prêtes à se débarrasser ou au moins à prêter les nounours de leurs enfants ou petits-enfants.
–  Si vous voyez les enfants souvent ou si vous les invitez, vous pouvez leur demander d’apporter leur « doudou ».
–  Le « doudou » d’un animateur, le sien d’autrefois ou un qu’il s’approprie parmi les peluches récoltées.

Démarche

–    Accueil et chants
–    L’animateur invite les enfants à se rendre dans un coin tout doux où les attendent des copains touts doux ! Les enfants s’installent où ils veulent, au milieu des peluches. Ils peuvent les toucher, les prendre, se les montrer, en prendre une sur leurs genoux… Demander aux enfants de rester « doux  » dans cet endroit. On peut bouger mais pas crier, se disputer…L’animateur peut échanger avec eux sur leurs réactions ou faire jaillir des réactions : sont-ils bien ici ? ça leur plaît ? Qu’aiment-ils ici ? Comment se sentent-ils ? Ont-ils peur ? Sont-ils contents ? en paix ? Connaissent-ils d’autres choses qui sont douces dans la vie ?
–    Dans une prière, dire merci à Dieu pour tout ce qui est doux en intégrant les idées données par les enfants: mon nounours, mon oreiller, la couverture, les pétales de rose, la confiture, les cheveux de…, la caresse de maman, le bisou de papa, le velours, la peau de bébé, la barbe de papy…
–    Puis un animateur prend « son » doudou et le présente aux enfants : il leur dit comment il est devenu son doudou, comment il l’a choisi, ce qu’il a vécu avec lui, ses tristesses et ses joies avec ce compagnon (heureux de le retrouver au lit, triste quand il passait dans la machine à laver, le trainait partout, n’était jamais seul, lui rappelait sa maison, sa maman…), il peut introduire aussi l’idée que son frère ou sa sœur n’en avait pas, que tout le monde n’en a pas besoin, et puis qu’un jour on devient grand et que le doudou est tout à coup mis de côté parce qu’on a plein d’autres amis ! Soit il raconte son histoire ou celle de ses enfants, soit il imagine, soit il s’appuie sur l’histoire du doudou de la page 24.
–    Les enfants racontent à leur tour leurs histoires de doudou. Les aider à dire ce qu’ils aiment dans leur doudou, à quoi ça sert un doudou ?
–    Si ce n’est déjà fait spontanément, demander à chaque enfant de choisir une peluche ou de prendre leur doudou pour ceux qui ont apporté le leur. Leur demander de se lever et faire un grand cercle. Chacun montre son doudou aux autres, puis un animateur leur demande de faire certaines choses avec : le serrer fort dans ses bras, montrer comment ils ont l’habitude de le tenir, le caresser, danser avec lui, demander de l’échanger avec un autre ! faire une ronde avec tous les enfants et en donnant la main aux doudous…
–    Terminer en demandant aux enfants de regagner le coin doux, de s’assoir et de raconter une petite histoire au doudou !
–    L’animateur reprend son doudou et raconte avec ses mots l’histoire de « Petit Cher ».
–    Puis tous prient ensemble .
–    Reprendre éventuellement un chant et aider les enfants à sortir de ce coin « tout doux » !  Un colloriage peut être distribué pour la maison le doudou coloriage

Crédit : Martine Grell et Claude Demissy (UEPAL) – Point KT