Point KT

Jésus lave les pieds de ses amis (Jean 13)

Image
 Image Ce culte a été conçu par Christine Vuichoud et Maurice Gardiol, de la paroisse d’Aïre-Le Lignon à Genève, pour le dimanche des Rameaux 2007. Mais il peut être utilisé à un autre moment de la semaine sainte.
Le choix de départ est d’introduire un élément de surprise, une rupture dans le déroulement classique d’un culte des Rameaux, en choisissant le récit du lavement des pieds. 

Un parfum qui sent bon la vie

Image
Image  Texte biblique : Marc 14,3-9 (parallèles : Matthieu 26,6-13 et Jean 12,1-8).

Un bien (en l'occurrence un flacon de parfum), symbole d’une vie offerte au Christ, en reconnaissance pour la sienne, déversée avec abondance dans les esprits croyants. 

 

A travers eux, elle peut exhaler dans le monde et pour sa vie, tel le nard le plus précieux. 

En route vers Bethléhem : célébration pour une veillée de Noël

Image

En route vers Bethléem 24 temps, Animation, jeu scénique, chants et prières.

Dans beaucoup de traditions, le temps de Noël rime avec attente et préparatifs !

Le temps de l’avent est ce temps de l’attente  dans lequel liturgies, textes bibliques, et veillées annoncent et préparent à l’événement de Noël, « Dieu est avec nous ». Puisque la fête de noël a été placé le  24 décembre, des calendriers échelonnent ce temps en 24 moments, 24 fenêtres de l’avent. Le jeu de Noël qui vous est proposé ici a été réalisé et joué dans une petite paroisse d’Alsace. Il développe à sa manière la thématique e l’attente et de la progression vers Noël. 

 

24 fenêtres pour Noël

Objectif : Travail sur l’attente et la progression vers l’événement de Noël. L’outil de cette attente est le calendrier de l’avent, dont les 24 cases sont les 24 carreaux de 4 fenêtres, chaque fenêtre ayant 6 carreaux. (4X6=24)

Décor : Pour faciliter la tâche des préparatifs, nous avons choisi de décorer 4 fenêtres à 6 carreaux chacune, qui seront illuminées de façon alternée à chaque changement de scène. Cette illumination sera  introduite à chaque fois par un verset biblique.

Fenêtre : Nous avons confectionné des fenêtres en contreplaqué ; les carreaux sont des transparents en  feuilles de papier calque, ou papier vitrail coloré ou papier cuisson. Ces 24 feuilles sont décorées par les enfants ou/et des animateurs  en s’inspirant des motifs proposés par des calendriers d’avent traditionnels.

Déroulement du culte :  Le culte se déroule en 24 moments .Chaque « acte » est introduit par l’allumage d’une des fenêtres placées à des endroits « stratégique » de l’église. Par exemple :  deux fenêtres sur l’autel de part et d’autre, une fenêtre sur la chaire et une fenêtre sur un tabouret près du sapin de noël (autre possibilité : prés du baptistère). Derrière les fenêtres on aura placé une lampe, type lampe de bureau et quelqu’un est préposé à l’allumage.

Jeu scénique : Les dialogues ont été pris dans un certains nombre de jeux connus, entre autre « Comment l’âne Aaron est venu à  Bethléem », d’autres sont inventés.

Les personnages : La liste que nous avons déployée a été faite en fonction du nombre d’enfants que nous avions à « satisfaire » pour la tenue des rôles ; cette liste n’est pas exhaustive, elle peut être adaptée.

Liste des personnages du jeu : Marie, Joseph, l’âne Aaron, Ruth la voisine,l’ange, le passant, le voyageur, l’aubergiste,femme de l’aubergiste, Melchior, Gaspar, Balthazar, Basan, Ahmed, Quirinius, Auguste,  Hérode, conseillers, soldats, 3 bergers, un enfant, un chœur d’anges.

Déroulement du culte et texte pour le jeu de Noël.

Dans le jeu de Noël qui suit,  chacun des 24 moments est numéroté de 1 à 24.

Ces moments éclairés par les différentes sources, en alternant l’éclairage des fenêtres, sont, soit des chants, soit des saynètes, soit des temps de prières. Ils sont indiqués comme tels dans le déroulement qui suit.

Prélude musical

1.   Le veilleur et la fenêtre
Introduction qui présente la veillée. Celui ou celle qui est chargé de l’accueil arrive avec une lampe tempête ou une torche. Il s’arrête devant l’une des fenêtres et l’éclaire.
Texte
Je suis le veilleur. Dans la nuit, je cherche les lumières. Il y a les lumières célestes, les étoiles qui scintillent plus ou moins fort. Mais il y a aussi celles des maisons, les fenêtres qui s’allument et puis s’éteignent . Etoiles  et fenêtres nous racontent une histoire. Ce soir de Noël, venez écoutez celle de la naissance du messie, éclairée par les 24 fenêtres de l’Avent.

2.
   Chant de l’assemblée : « Aube nouvelle »

3.   L’ange apparaît à Marie
Dialogue
Ange : Où est ta maîtresse ?
Aaron : Mais… qui est tu ? Et que lui veux-tu ??
Ange : Je viens lui  annoncer une grande nouvelle ! Conduis moi vers elle !
Marie : Que puis-je pour mon Seigneur
Ange : Réjouis toi Marie ! Dieu t’a choisi, il a un grand projet pour toi !
Marie recule.
Ange : Ne crains rien Marie, je suis juste venu te dire que tu enfanteras un fils ! Tu lui donnera  le nom de Jésus, ce qui signifie : « Dieu aide ». Il sera le roi de toute la terre/il aimera tous les hommes. Il sera le Fils de Dieu !
Marie : Je suis la servante du Seigneur ! Que cela arrive comme Dieu le veut !
L’ange disparaît

4.   Psaume (chœur d’enfants)
A : Mon âme bénit le Seigneur
                    B : et que tout ce qui est en moi bénisse son Saint Nom.
A : Mon âme bénie le Seigneur
                    B : et n’oublie aucun de ses bienfaits
A : à cause de Dieu mon Sauveur
                    B : parce qu’il a porté son regard sur son humble servante
A : toutes les générations me diront bienheureuse
                    B : parce que le tout puissant a fait pour moi de grandes choses
A : sa bonté s’étend de générations en génération pour ceux qui le craignent
                    B : il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse
A : il a jeté les puissants en bas de leur trône
                    B : et il a élevé les humbles.

5.   Chant des enfants
 Proposition : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux »

6.   Auguste fait recenser
Dialogue
Auguste (à Quirinus) : Que se passe-t-il avec les juifs ? Pourquoi ne sont ils pas reconnaissant de tout ce que Rome fait pour eux : les routes, les aqueducs, les villes nouvelles ?
Quirinius : Auguste, se peuple ne te sera jamais fidèle. Sa seule espérance est en un messie. Mais il me vient une idée !
Auguste : Et quelle idée ?
Quirinius : Pour mieux recevoir des impôts, il faudrait avoir une liste complète des habitants de chaque région ! Peut on l’établir pour la gloire de ton royaume ?
Auguste : Bonne idée Quirinius ! Excellente idée ! Au moins, si je n’ai la reconnaissance, je tirerais profit de ce peuple !
Soldat 1 : Je suis aux ordres de l’empereur ! Que dois-je annoncer ?
Quirinius : Annonce un recensement ! Envoi tes soldats dans tout le pays de Palestine !
Soldat2 : Ordre de César Auguste ! Que chaque habitant de ce pays  se rende au lieu de sa naissance pour s’y faire inscrire.
Soldat 1 : Qu’il en soit fait selon la volonté de César !

7.   Étoile dans le ciel
Dialogue
Caspar : Bassan, Bassan ! Viens vite et regarde dans ma lunette astronomique !
Bassan : Je suis ébloui par ces belles étoiles !
Caspar : Combien vois-tu d’étoiles ?
Bassan : Il y en a deux  qui croisent leur orbite et jettent leurs feux !
Caspar : Oui, ce sont Jupiter et Saturne ! Et c’est unique dans l’histoire du ciel !
Ahmed : Mais alors, maître, cela veut dire quelque chose ?
Caspar : Sans aucun doute ! Va vite chercher mes vieux parchemins et rappelle moi ce que je t’ai appris !
Bassan : L’apparition d’une nouvelle étoile annonce la naissance d’un grand homme !
Ahmed : Et Jupiter est l’étoile des rois, Saturne celle des juifs !
Caspar : Oui, c’est ça (il déroule les parchemins !) Lisez moi ce que j’ai trouvé là !
Bassan : Sage, héros, prince de paix !
Ahmed : La paix viendra sur terre, le loup habitera avec l’agneau,
Bassan : le léopard boira à la source, le veau et le lion seront ensemble
Ahmed : et le petit enfant pourra jouer avec le serpent !
Caspar : Sellez vite nos chameaux.  Aujourd’hui même nous allons partir à la recherche de ce nouveau roi de paix !

8.   Chant des enfants
 Proposition : « comme les mages », de Noël Colombier

9.   Les trois mages suivent l’étoile
Dialogue
Melchior : Alors vous aussi, vous cherchez le secret des étoiles ?
Gaspar : Je suis Gaspar, un mage d’Orient : j’ai vu Jupiter et Saturne et cherche  dans le ciel et sur la terre ce qu’ils annoncent.
Balthazar : Dans mon ciel, cette étoile singulière s’est mise à briller. En la suivant je suis venu ici aux portes de cette terre de Palestine. Et là, je vous rencontre !
Melchior : nous cherchons donc la même chose ! Un roi vient de naître !
Gaspar : un roi de paix. C’est ce que révèlent les anciennes prophéties
Balthazar : faisons route ensemble, allons à Jérusalem
Melchior : au palais du roi Hérode nous apprendrons probablement le lieu où il doit naître !

10.   Prière

11.   Marie et Joseph partent pour Bethléem
Dialogue
Joseph : Aaron,  lève toi : je vais te brosser, puis tu mangeras et boiras car le voyage sera long
Aron : serais-je un âne assez robuste pour porter Marie et l’enfant dans son ventre ?
Et le chemin ne sera-t-il pas trop long, pierreux et dangereux pour ces futurs parents ?
Ruth : au revoir Marie ! Prends soin de toi ! Et toi Joseph veille sur elle. Aaron : soit un bon compagnon, et fort sur cette route !
Marie (à Ruth): Merci Ruth ! Peux tu veiller pendant notre absence sur la maison et les animaux ? Comme tu as de la chance d’être née à Nazareth et de pouvoir rester là pour ce recensement !
Joseph : vaut mieux garder le sourire ! Et Dieu, j’en suis certain, sera avec nous tout au long du chemin !
Marie : Adieu Ruth ! Nous reviendrons bientôt. Et Aaron n’aura, pour le retour, plus d’autre charge que celle de l’enfant !
Ruth : si seulement Dieu nous envoyait un libérateur : les occupants nous pillent,  nous appauvrissent et nous soumettent à leurs lois ! Mais quand viendra le messie promis ?
Marie : Fais confiance à Dieu. Lui seul connaît l’heure et le jour : alors notre attente prendra fin et nous découvrirons son amour !

12.   Chant assemblée
 Proposition : « peuples qui marchez dans la longue nuit »

13.   Les mages chez Hérode
Dialogue
Melchior : Quelle splendeur ! Regardez ce temple et à coté, ce palais !
Balthazar : Nous sommes sans doute là au bout de notre voyage !
Gaspar : Le crois-tu vraiment ? Regarde l’étoile ! Elle est cachée par des nuages !
Melchior : C’est exact ! Et pour la trouver il semble qu’il faut se diriger plus vers le sud et non vers Jérusalem.
Melchior : Mais il y a là un roi ! Allons l’interroger !
Ils arrivent devant le trône d’Hérode.
Balthazar : Nous cherchons le nouveau roi des juifs : sais-tu où il est né ?
Hérode : Pourquoi le chercher ici ?
Melchior : Une étoile nous a guidé jusque dans ton pays.
Hérode : J’ignore tout de cette étoile, mais je vais interroger mes conseillers.
Hérode appelle ses conseillers.
Conseiller 1 : Les livres des prophètes annoncent un règne de paix et de justice ! IsaÏe, Michée, Sophonie et bien d’autre annoncent le Messie !
Conseiller 2 : « Ces jours- là, à Bethléem, doit naître un enfant de la lignée de David. Il est le messie tant attendu.
Conseiller 1 : et il apportera la paix à tous les hommes».
Hérode : Allez donc à Bethléem et quand vous l’aurez trouvé, faites- le moi savoir, pour que j’aille moi aussi l’adorer !

14.   Marie et Joseph vers Bethléem
Dialogue
Marie : Il faut faire attention à Aaron,  cela fait trois jours qu’il trotte courageusement vers Bethléem.
Joseph : Tu as raison Marie, il ne faut surtout pas l’épuiser !
Marie : Faisons une halte sur cette colline. Sous les oliviers. Là nous pouvons contempler Jérusalem !
Joseph : Oui c’est beau. Mais le palais et la forteresse sont pleins de soldats romains. Je préfère continuer, après cette halte, directement vers Bethléem.
Marie : Partageons ce pain et ces dattes ! Un peu de dattes aussi pour Aaron et partons d’ici avant le coucher du soleil.
Joseph : Bientôt Marie, tu pourras enfin te reposer !

15.   Marie et Joseph cherchent un asile
Dialogue
Joseph : Enfin nous voici à Bethléem.
Marie : Il était temps, je n’en peux plus et Aaron est à bout de forces.
Joseph à un passant : Oh, l’ami ! Y a-t-il quelque auberge où nous pourrions nous reposer ?
Le passant : Je frappe déjà à la troisième auberge ! Mais le recensement de César Auguste remplit bien la poche des aubergistes.
Un autre voyageur : Je vous conseille d’aller par là ; c’est au bout du village. Ce caravansérail n’est pas encore rempli !
Joseph (frappe à une porte d’auberge) : Cher hôtelier, ma femme attend un enfant et, pour cette nuit…
Aubergiste : Je comprend très bien mais voyez vous même ! Il ne me reste pas la moindre place !
Marie : Auriez vous une idée où nous pourrions encore trouver une place ?
Aubergiste1 : Gagnez la sortie du village ; il y aura là une auberge isolée ! Peut être est-ce votre chance ?
Marie et Joseph et l’âne se déplacent. Joseph frappe à une autre porte.
Aubergiste 2 : Il n’y a malheureusement pas de place dans la maison ! Mais vous pouvez aller dans la bergerie. La nuit est belle et dans la cour il y a un bon feu !
Joseph : Nous n’irons pas plus loin ce soir Marie : repose toi !

16.   La femme de l’aubergiste
Dialogue
Femme : Bonsoir les voyageurs ; voulez vous un peu de foin pour votre âne ?
Joseph : Merci. J’accepte volontiers !
Voyageur : Voici une galette de pain pour vous et votre épouse !
Marie : N’êtes vous pas en train d’épuiser vos réserves ?
Voyageur :  Prenez et mangez, car il est juste de partager avec celui qui a moins, avec celui qui est à bout de force, et avec celui qui est étranger !
Femme : Tenez, jeune femme, voici une couverture et des linges : vous pourriez en avoir bientôt besoin !
Marie : Merci amie, tu es bonne avec moi ! Que Dieu te soit gré de tes bontés.

17.   Les messagers de Dieu chez les bergers
Dialogue
Berger 1 : Quel froid cette nuit et pourtant  quelle clarté !
Berger 2 : Avez-vous vu ce magnifique ciel étoilé ?
Berger 3 : Eh les gars ! Regardez là bas ! Cette étrange lumière, la voyez-vous aussi ?
Bergers : Et ces chants vous entendez ? D’où viennent-ils ?
Berger 2 : Mais c’est le ciel qui chante !
Ange : Soyez sans crainte bergers ! Je suis un messager de Dieu : écoutez, car je vous annonce une grande joie !
Bergers 1+2 : Nous te louons, tu es la Parole du Seigneur !
Ange : Et voici sa parole : « A Bethléem est né le sauveur ! Il est le Christ le Seigneur».
Berger 3 : A quoi le reconnaître ? Si souvent on crie : le Messie est ici ou  il est là bas !
Ange : Vous trouverez à Bethléem un enfant venant de naître, emmailloté et couché dans une mangeoire, bien au chaud dans la paille !

18.   Chant des bergers (présenté par les enfants)
 Proposition : « Joie au ciel, paix sur la terre ».

19.   Les bergers cherchent des cadeaux pour l’enfant
Dialogue
Berger 1 : Laissons là les troupeaux et allons voir ce que les anges nous ont fait connaître !
Berger 2 : Et quel présents lui apporter ?
Berger 1 : Je prends cette fourrure de mouton : il doit faire froid dans l’étable !
Berger 3 : Du lait caillé pour les forces de la mère et pour celles de l’enfant !
Berger 2 : J’ai sculpté ce pipeau pendant les nuits de veilles : de la musique je lui jouerais !
Berger 3 : Je prends aussi un peu de sel !
Berger 1 : Et de l’huile pour le masser !
Berger 2 : Allons vite à sa recherche, venez allons l’adorer !

20.   Les mages arrivent
Dialogue
Un jeune enfant : Mais qui sont-ils ? Ces étrangers bien vêtus, aux sacs remplis de choses étonnantes !
Basan : Nos maîtres sont des savants qui viennent de très loin. Ils ont découvert dans leurs livres le secret  des étoiles.
Ahmed : Vois-tu cette étoile ?  Elle annonce la naissance d’un roi !
L’enfant : Je la vois bien ! Elle est là bas : près du village de Bethléem !
Caspar : Regardez l’étoile ! Elle s’arrête enfin !
Balthazar : C’est que nous sommes aux portes du village décrit par les prophètes !
L’enfant : J’ai vu un jeune couple s’installer dans la dernière auberge ! La femme attendait un enfant  qui devrait bientôt naître !
Melchior : Nous nous rendons à cet endroit !

Basan : Voyez cette cour d’auberge. Près du feu des bergers qui chantent doucement !
Caspar : L’endroit est paisible, douceur, lumière et vie !
Melchior : Et le chant d’une femme berçant son enfant murmure dans la nuit !
Caspar : Allons l’adorer ! C’est bien celui que nous cherchons !
Balthazar : L’enfant qui vient de naître est le roi porteur de paix !

21.   Chant de l’assemblée
 Proposition : « o peuple fidèle »

22.   Prière d’intercession

23.   Bénédiction
Proposition : l’enfant dans la crèche apporte la  bénédiction.

24.  
Chant de l’assemblée
 Proposition : « o nuit bienveillante, o nuit rassurante »

Un jeu musical indique la fin du culte.

Célébration de Noël: Jésus fils d’Abraham

Image
Image  Imaginée et réalisée en 2005 par les paroisses de la Région Salève de l’Eglise protestante de Genève, cette célébration pour enfants et adultes relie la naissance de Jésus à la promesse faite à Abraham. C’est en effet pour toutes les familles de la terre que le Christ est né, étoile nouvelle venue éclairer les êtres humains et leur permettre de trouver le chemin vers Dieu. 

Culte de rentrée

Image
Image   

Une célébration pour les pré ados… histoire de méditer sur la rentrée et sur les préoccupations des jeunes et des moins jeunes.

Cette célébration peut en particulier ouvrir un programme catéchétique utilisant Un sens à ta vie. Elle reprend en partie le plan général de notre article « culte pour ado, quelques idées. »

 

 

Nos cultes ne reprennent pas obligatoirement le déroulement complet présenté dans notre article « Culte pour ados, quelques idées ». Nous avons noté entre parenthèse à quoi correspondent les éléments présentés ici.

Liturgie de la splendeur de Dieu

Les jeunes reçoivent chacun une feuille blanche. Ils apprennent le chant.
(
Quelques pétales s’ouvrent : se rassembler, se saluer)

Prière : Tu nous a parlé en premier
( La fleur s’ouvre en grande partie : joie, peine et sérénité devant Dieu)

Tu es partout, toujours près de nous
tu nous a parlé en premier
avant même que nous naissions
tu as mis en nous cette soif de toi
plus belle que la lumière du jour

car elle nous fait lever la tête
elle nous fait grandir
elle nous garde en marche
elle nous rappelle que tu connais
nos coeurs et nos chemins

lorsque nous ne trouvons plus la voie
elle nous appelle et nous cheminons
lorsque nous ne savons plus rien
elle s’élève dans nos coeurs
et nous croyons.

Sylvie Reff-Stern 

Chant : « Change quelque chose dans ta vie »
La partition sera disponible dès que nous aurons obtenus l’autorisation de l’éditeur.
Paroles : Mannick – Musique : Michel Wackenheim

Plante une rose au milieu des orties
Change quelque chose dans ta vie.
Et là ou tu es, dans ta famille ton quartier
Dieu sera plus proche, Dieu pourra parler !

Refrain
Le monde est plus beau
Le monde est meilleur
quand tu mets sur le tableau
quelques notes de couleurs !
Le monde est plus beau,
Le monde est meilleur
Quand tu mets sur le tableau
Quelques notes de couleurs !

Pose une étoile, en plein cœur de la nuit
Change quelque chose à ta vie.
Et là où tu es,
Sur cette terre où tu es né,
Dieu sera plus proche,
Dieu pourra chanter !

Refrain

Sois la musique à la place du bruit
Change quelque chose dans ta vie.
Et là où tu es,
Au long des routes de la vie,
Dieu sera plus proche,
Dieu sera chez lui !

Refrain 

Sketch autour de verbes
Les jeunes réalisent eux même le sketch avec les verbes prévus pour caractériser chaque chapitre de grains d’KT ou présentent le texte ci-dessous.

Verbes à conjuguer

Alors, N, ça a été la rentrée ?
Mouais, ça va.
Oh, t’as pas l’air content.
Ben, tu sais, la rentrée ça veut dire que tout recommence, le boulot, l’école.
Oui, bien sûr, mais c’est aussi retrouver les copains.
En plus, de tout ça, y a caté.
Oui, bon, ça encore ça passe.
Ma bête noire à moi, c’est la grammaire
Ah oui, conjuguer des verbes.
Eh oui. Et pourtant sans les verbes, quel ennui, ça manquerait d’action.

Dans notre première séance de catéchisme , nous avons réfléchi à tous les verbes que nous voulions apprendre à conjuguer ensemble.

1er verbe : VIVRE
Le caté est un lieu de vie. On vit avec d’autres et avec quelqu’un que nous essaierons de mieux connaître : Dieu. Nous voulons apprendre à vivre debout devant Dieu, nous-mêmes et les autres.
La caté est un chemin pour s’intéresser aux autres, apprendre à se connaître et approcher le Tout-Autre qu’est Dieu.
2ème verbe : PARDONNER
Quand on vit, il ya des joies et des peines. Des mots qui blessent. Des événements qui  mettent parterre. Quand l’autre m’ a fait mal. Il est souvent difficile de se relever. Pardonner prend du temps, mais ça  nous aide à repartir. Dieu nous apprend à pardonner.
3ème verbe : RENAÎTRE
Mes parents m’ont transmis la vie, celle qui finit un jour. Par le baptême, Dieu nous fait renaître à la vie sans fin.
4ème verbe : GRANDIR
Les autres ne sont pas toujours de mon avis et  je peux  évoluer lorsque je parle avec les autres. Discuter, entendre d’autres point de vie, d’autres manières de vivre, ça  permet à mes idées d’avancer. Ca me permet de grandir.
5èmeverbe : AFFRONTER
Sortir de l’enfance c’est découvrir que tout n’est pas rose. Il y a des injustices, il y a la maladie. Devenir adulte, c’est affronter la réalité et ne pas la refuser.
6ème verbe : REFLECHIR
Oh, là certains voient rouge, mais bon, la différence entre l’animal et nous, c’est ça. On est capable de réfléchir. Et au caté, nous allons réfléchir à ce que dit la Bible, à ce que dit la société. Devenir chrétien, cela signifie réfléchir à ce que je fais et ce que je vis.
7ème verbe : PARTICIPER
Je veux trouver ma place; au caté, à l’école, dans ma famille, dans le monde. Je ne veux pas rester à l’écart. Je veux participer, construire un monde où il fait bon vivre pour moi et les autres.
8ème verbe :  DEVENIR
Grandir en sagesse, en responsabilité, en capacité d’amour et de service. C’est le défi lancé à chacun. Je suis et je veux devenir un enfant de Dieu.
9ème verbe: COMBATTRE
Je m’engage à combatter le mépris, le racisme, la violence, l’injustice. Là où Dieu me place, je veux trouver des forces pour lutter contre le mal. Que Dieu fasse de nous des combattants de l’amour!
Dernier verbe: REVER
Le caté sera ce que nous en ferons ; un lieu où chacun et chacune pourra bricoler, raconter, douter et affirmer. Ensemble nous rêvons et vivons l’Eglise.

Regardez tous ces verbes et que chacun se demande quel est celui où il a le plus d’efforts à faire. Bonne rentrée à chacun et chacune !

Chant : « Change quelque chose dans ta vie », strophe 1

Liturgie de la Parole de Dieu
(La fleur est complètement ouverte : elle peut capter le soleil de Dieu)

Ecouter la Parole de Dieu

C’est pourquoi, je vous le dis : ne vous faîtes pas de souci pour votre vie ni pour votre corps. Ne vous demandez pas : « Qu’est-ce que nous allons manger ? Avec quoi allons nous nous habiller ? » Oui, votre vie est plus importante que la nourriture, et votre corps est plus important que les vêtements. (Matthieu 6.25)

Comprendre la Parole de Dieu

La rentrée s’est faite il y a quelque temps à présent. Ah la rentrée ! Pour chacun de nous, ce mot évoque des images et des odeurs ; un tableau, des craies, un cartable, un caddie plein, un porte-monnaie vide. Chacun à notre manière, nous entonnons un couplet de grammaire quand vient la rentrée. Je m’agite, tu t’agites, nous nous agitons ! Ca court dans tous les sens, ça fait des projets et très souvent, que l’on soit à sa rentrée au CP, en terminale ou dans un nouveau boulot, nous nous inquiétons. Alors voilà que les textes proposés à notre réflexion ce matin arrivent fort à propos. De quoi vous inquiétez-vous ? Pourquoi vous inquiétez-vous ?

Dans le monde dans lequel nous vivons, la grammaire qui nous est enseignée depuis tout petit, est celle du succès. Il faut être beau et il faut réussir. Ce qui nous préoccupe avant toute autre chose est le succès. Or pour atteindre le succès, il faut conjuguer de drôles de verbes comme « écraser », « oublier », « dépasser » ou encore « se servir ». Si l’on n’a qu’une idée en tête; être le meilleur, il est clair que les autres ne compteront pas beaucoup et que même des fois, ils viendront à gêner. Alors attention, une petit lumière rouge devrait s’allumer et nous poser à tous cette même question : « Qu’est-ce qui te préoccupe ? Qu’est-ce qui t’inquiète ? »

A propos grammaire et vocabulaire, jetons un petit coup d’œil sur ces mots qui en disent long. Quand je suis pré-occupé, c’est que avant de faire quoi que ce soit, je suis déjà occupé, je ne suis plus libre. Il n’y a plus de place en moi pour la nouveauté. Quand je suis in-quiet, je n’ai pas en moi de quiétude, de paix intérieure. Alors les paroles de Jésus retentissent en moi pour me dire : stop ! Moi, le Christ je vous invite à une autre grammaire; je vous invite à conjuguer vos efforts, à conjuguer le verbe « être » avant le verbe « avoir ». Tout se joue là autour de ce verbe « être » et la manière dont je le conjugue au quotidien. A quoi sert de lire la Bible, de croire en Dieu, si je ne sais pas être avec les autres, si je ne sais pas être pour les autres. Et là, il y a du pain sur la planche. Exercez-vous à conjuguer ; je suis généreux, je suis au service de l’autre, je suis bon avec mon frère, ma soeur, mes parents, mes profs…. et bien d’autres phrases que chacun inventera.

Enfin, permettez-moi un petit rappel théorique concernant la grammaire. Tout est possible, mais tout n’est pas juste. Je peux inventer toutes les conjugaisons les plus fantaisistes, mais toutes n’amèneront pas du sens. Il y a des règles à respecter sans quoi ce que nous disons ou écrivons ne peut plus être compris, et pire,  n’a plus de sens. Jésus a parlé de la vanité du souci. Il a dénoncé l’inquiétude comme infructueuse. En revanche, il nous invite à la confiance. N’oubliez pas la règle d’or: agir envers l’autre comme nous voudrions qu’il agisse envers nous. Aimer Dieu et puis aimer son prochain comme soi-même. Voilà le coeur du texte que nous avons à écrire. Voilà le coeur de l’histoire de chaque être humain. Si ce principe de base est retenu, toute notre vie pourra faire un beau poème. Personne ne dit que cela ne coûtera pas d’effort. Jésus ne promet pas qu’il n’y aura pas de faute, pas de ratures. Quand un enfant écrit un mot d’amour à sa maman ou son papa à l’occasion d’un anniversaire, aucun d’eux ne songera à pointer d’abord la grosse faute d’orthographe qui s’y trouve, mais leur cœur de parent saura lire, même au travers des erreurs, que c’est bien le verbe « aimer » que leur enfant a tenté de conjuguer. Ainsi en est-il de Dieu, notre Père.

Ne nous inquiétons donc pas, mais osons, avec nos capacités et nos limites, nous remettre à son école pour apprendre, avec lui, à conjuguer chaque jour correctement le verbe « aimer » .
Amen

Isabelle GERBER-HUMMEL

Moment musical ou strophe du chant

Un pliage à six temps

En entendant le texte suivant les ados réalisent un pliage avec la feuille qu’ils ont reçu au début.

 Image
Image

 1. La rentrée c’est un retour dans le quotidien, c’est prendre ou reprendre le pli, c’est devoir se plier à certaines contraintes.
 Image
Image
 2. Maintenant il s’agit de construire, de bâtir quelque chose de neuf, de solide, une maison où je peux m’épanouir, où il y a de la place pour les autres.
 Image
Image
 3. Et puis il faut faire des choix. Prendre une direction. Pointer une priorité.
 Image
Image
 4. Je ne veux pas oublier que tout ce qui me fait vivre c’est un souffle venu d’ailleurs, venu de plus loin que moi. Ma vie n’est rien si Dieu ne peut l’habiter de son souffle. Je veux construire en moi une Eglise, ce la signifie un espace pour Dieu. Je veux préserver un espace pour faire grandir mon être intérieur.
 Image
Image
 5. Pour grandir, certaines coupures, certains deuils sont nécessaires.
 Image
Image
Image
6. Lâcher, encore et toujours. Pour mieux aimer les autres, pour apprendre à servir, je dois être humble, ne pas rechercher ma propre gloire, je dois me faire petit. C’est Dieu qui doit grandir en moi.
 Image
Image
Image
 7. Quand je me trouve face à ma limite, je me souviens ou plutôt je comprends que je ne peux me sauver moi-même, que je ne peux tout seul donner du sens à ma vie. Je me souviens d’un événement appelé la croix. Dieu est allé au plus bas de l’humanité pour m’y prendre dans ses bras. Il veut nous mener vers la Vie, celle que rien ne peut arrêter, ni mes doutes ni ma souffrance. La croix est pour chacun le signe que rien ne peut nous séparer de l’amour et la fidélité de Dieu.

Chant : « Change quelque chose dans ta vie », strophe 2

Liturgie du service
(Le fruit est partagé, mangé avec les autres)

Prier pour soi, les autres, le monde (intercession)

Devant toi prière avec répons chanté

 Auteur Daniel Priss, visualiser la partition

Le refrain est chanté par un soliste ou un chœur, auquel l’assemblée répond. Les intentions de prières sont parlées. Elles sont présentées ici à titre d’exemples. Elles ont été rédigées lors d’une retraite de confirmands.

Petite astuce pour les guitaristes :
J’accompagne habituellement ce chant avec un capo en 5e position. La m-Mim/sol (Jouer un Mim et avec le 3e doigt presser sur sol corde grave) 4 x
Rém-Fa x 2
Mi-Mi 7
Lam sur nous te prions, il est possible d’alterner Lam avec des cordes à vides.

Devant toi
Seigneur je viens devant toi (soliste)

Devant toi, devant toi

Pour te dire tout bas

Devant toi, devant toi

Toute ma peine

Devant toi, devant toi

En face de tant de haine

Devant toi, devant toi

Toute la souffrance

Devant toi, devant toi

De ce monde en errance

Devant toi, devant toi

En ta présence

Devant toi, devant toi

J’implore ta clémence.

Devant toi, devant toi

Nous te prions
pour les solitaires
Nous te prions
pour ceux qui sont malades
Nous te prions
pour ceux loin de leur famille
Nous te prions
pour ceux que plus personne n’attend
Nous te prions
pour les jeunes qui ont perdu le goût de la vie
Nous te prions
pour les jeunes dont les parents sont en conflits

Refrain : Seigneur je viens devant toi…

Nous te prions
pour les solitaires
Nous te prions
pour ceux qui sont malades
Nous te prions
pour ceux loin de leur famille
Nous te prions
pour ceux que personne n’attend
Nous te prions
pour les jeunes qui ont perdu le goût de la vie
Nous te prions
pour les jeunes dont les parents sont en conflit

Refrain : Seigneur je viens devant toi…

Nous te prions
pour ceux qui n’ont pas su donner sens à leur vie
Nous te prions
pour ceux tentés par le suicide
Nous te prions
pour ceux qui vivent sous les bombes
Nous te prions
pour les pays où les hommes meurent de faim
Nous te prions
pour les victimes d’épidémie comme le sida
Nous te prions
pour ceux qui travaillent pour la paix et la justice

Refrain : Seigneur je viens devant toi…

Nous te prions
pour ceux qui gouvernent
Nous te prions
pour ceux qui enseignent dans les écoles
Nous te prions
pour nos quartiers (nos villages)
Nous te prions
pour nos Eglises
Nous te prions
pour nos familles
Nous te prions
pour nos amis

Refrain : Seigneur je viens devant toi…

Nous te prions tous ensemble
Notre père qui es aux cieux

Notre père du Burkina avec gestes

La partition sera disponible dès que nous aurons obtenus l’autorisation de l’éditeur.

 Mains paumes retournées vers le haut  Notre Père qui est au cieux o Dieu notre père
Que ton nom soit sanctifié o Dieu notre père alléluia
Que ton règne vienne o Dieu notre père
Que ta volonté soit faîte o Dieu notre père alléluia
 Mains ne position comme pour recevoir la cène  Donne nous aujourd’hui notre pain de ce jour o Dieu notre père alléluia
 Mains sur la poitrine  Pardonne nous nos offenses o Dieu notre père
Apprend nous à pardonner o Dieu notre père alléluia
 Mains en geste de défense

 Ne nous laisse pas tenter o Dieu notre père
Mais délivre nous du mal o Dieu notre père alléluia

 Mains levées  A toi le règne et la gloire o Dieu notre père
Aujourd’hui et pour toujours o Dieu notre père alléluia.

Sortir accompagné de Dieu
(Le fruit éclate et les graines se répandent)

Chant : « Change quelque chose dans ta vie », strophe 3

Culte de Réformation : Une « autre forme » à ta vie

Image 
Voici le déroulement du culte de la Réformation, offert par la communauté EPUB de Marchienne, en Belgique.
L’élément central de la célébration est une croix huguenote à construire en suivant le déroulement de la prédication. Elle nous aide à réfléchir à ce qui construit nos vies…
Il vous faudra préparer cette croix et ajouter les chants.

 

Préparez à l’avance les éléments de la croix huguenote en quatre triangles visibles de loin (un nuage de rêve, des engrenages, une maison en construction, un livre et une plume) et une colombe. Prévoyez un support de construction de cette croix.